Resto vedette pour le Mois de l’histoire des Noirs

Dans le cadre du thème de 2022 pour le Mois de l’histoire des Noirs, « En février et en tout temps : Célébrons l’histoire des communautés noires aujourd’hui et tous les jours », nous avons le plaisir de mettre en valeur Aunty Lucy’s Burgers de Toronto.

Le modèle idéal d’une réussite durant la pandémie, ce resto est aussi un exemple parfait d’une entreprise appartenant à des Noirs, aux influences africaines et nous sommes fiers de célébrer son ascension continue à titre de l’un des restaurants les plus populaires de Toronto.

Offrant des favoris universels comme les smash burgers, les sandwichs au poulet et le poulet frit, Aunty Lucy’s ajoute des touches ouest-africaine et ghanéenne à ses recettes et plats de cuisine de rue. Et le public se les arrache.

Réussir par la diversité culturelle

Au cours de ses premières semaines d’existence comme resto éphémère, les plats d’Aunty Lucy’s Burgers s’épuisaient toujours bien avant l’heure de fermeture.

Étonnamment, tout cela s’est produit au beau milieu de la pandémie. Mais le resto n’a pas perdu de temps à devenir un pilier du centre-ville, ayant déménagé et s’étant étendu au quartier de l’Annexe, près de l’Université de Toronto.

Le propriétaire, Chieff Bosompra, a ouvert Aunty Lucy’s parce qu’il aime l’esprit de communauté suscité par la nourriture. « Sortir à Toronto, dans différents restaurants, aller manger entre amis, je me disais qu’à un certain moment, je devrais créer une atmosphère bien à moi, où mes copains et moi pourrions savourer des plats que nous aimons, prendre quelques verres et nous réunir. Et les hamburgers, j’aime vraiment ça, je m’en suis donc inspiré. »

Comme nouveau restaurateur, M. Bosompra voulait offrir à sa clientèle quelque chose qui était à la fois familier et surprenant. Il a donc décidé d’offrir une variation sur le très populaire hamburger, en combinant les arômes et en y incorporant la cuisine de rue populaire du Ghana, ainsi que ses saveurs, comme le riz jollof, les plantains frits et une sauce piquante maison ghanéenne.

« C’est quand même chouette, parce que beaucoup de gens qui viennent ici n’ont peut-être jamais entendu parler de ces plats, alors ils peuvent les goûter pour une première fois chez Aunty Lucy’s. Et quand ils ressortent de notre resto, ils connaissent une nouvelle culture et ont goûté à des saveurs qu’ils n’auraient jamais essayées autrement. »

En termes de diversité culturelle dans l’industrie alimentaire, M. Bosompra veut mettre en valeur les communautés qui sont actuellement méconnues. On parle ici de marchés plus restreints qui attirent déjà intensément les communautés qui les connaissent.

Conseils pour améliorer la visibilité de son resto 

Pour ce qui est d’offrir des conseils pour aider les nouveaux restaurateurs à réussir, M. Bosompra fait remarquer que les réseaux sociaux, en particulier les applis de livraison, ont vraiment aidé à passer le mot à propos d’Aunty Lucy’s dans les quartiers de Toronto.  « Il s’agit d’un excellent moyen d’élargir la clientèle de notre restaurant, qui d’ailleurs ne nous connaîtrait pas autrement, et de permettre aux gens de commander à partir de l’appli, puis de recevoir leur nourriture rapidement et facilement. »

Un succès foudroyant

Les restaurants sont jugés par le public et leurs pairs, et Aunty Lucy’s Burgers est un cas de réussite exemplaire. Les meilleurs chefs torontois en ont fait l’éloge. De plus, le restaurant a été nommé « le resto burger le plus hot de Toronto » par Complex Magazine et The Daily Hive, acclamé à titre de « l’une des raisons d’adorer Toronto » par Curiocity, vérifié par The Globe and Mail et recommandé par Toronto Life comme étant l’un des « sept smash burgers que vous devez dévorer maintenant. »

Pour terminer,  Chieff Bosompra offre des paroles encourageantes pour les personnes de couleur qui souhaitent ouvrir leur propre commerce :

« Allez-y, et n’hésitez pas à le faire.  Ce qui nous retient souvent, c’est de ne pas tenter notre chance, ou encore, ce sont les autres qui ne croient pas en nos idées, ou les personnes autour de nous qui ont toujours pensé qu’ils n’y arriveraient pas, et qui te disent de ne même pas essayer.

» Mais je dirais qu’il s’agisse d’un resto éphémère ou autre, plongez tête première parce qu’on ne sait jamais ce qui peut arriver. Et ça, c’est la première étape : tout simplement essayer. »

Voulez-vous que votre resto soit mis en vedette? Visitez ce lien et dites-nous pourquoi.

Cet article a-t-il été utile?

Cliquez sur une étoile pour l’évaluer.

Voulez-vous devenir partenaire?

Intégrez Skip à votre équipe, dès aujourd’hui.

Faisons équipe

Dites-nous ce que vous en pensez

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.