Pleins feux sur Tacos Frida

Cinco de Mayo arrive à grands pas, et ce mois-ci nous mettons en valeur Tacos Frida, un petit restaurant familial de Montréal. Ce resto-bar, à l’atmosphère détendue et chaleureuse, sert des mets authentiques à prix d’ami; il est d’ailleurs vite devenu très populaire dans son quartier. Et il y a de bonnes raisons pour ça.

Ses illustres tacos en font jaser plus d’un. Avec des garnitures comme la Cochinita (du porc mariné et braisé à l’achiote), l’El Flaco (boeuf grillé style Oaxaca) et les Nopales (cactus sauté avec pico de gallo), on comprend pourquoi.

Les débuts.

Enrique Chan, sa mère Aurora Morales, qui sont tous deux propriétaires du restaurant et son frère, Hugo Chan, discutent de l’inspiration derrière ce resto si populaire. « Il y a beaucoup de restaurants mexicains à Montréal et au Canada, nous voulions donc rester fidèles à nos racines du Mexique et cuisiner des recettes de la région de l’Oaxaca », explique M. Chan.

Le projet a commencé à prendre forme en 2015, après avoir travaillé dans un restaurant mexicain près de la rue Jean-Talon. Ils ont trouvé un petit local à Saint-Henri et ont commencé avec de l’équipement non commercial, car le budget était mince. Depuis, ils ont rencontré beaucoup de gens dans le quartier et la popularité de la cantina a fait boule de neige.

Un regard sur le menu.

Chez Tacos Frida, c’est la famille avant tout et les recettes traditionnelles sont passées de génération en génération. « Elles proviennent toutes de ma mère et de ma grand-mère, qui d’ailleurs nous aidaient au téléphone. Maintenant, nous avons une solide équipe de cuisiniers qui a adopté les recettes de base de ma mère et qui les a adaptées avec des ingrédients qu’on trouve ici », déclare M. Chan.

Selon M. Chan les recettes sont apprêtées assez fidèlement. Toutefois, il y a des choses qui sont possibles au Mexique, qu’on ne peut reproduire ici. Prenez  la cochinita, par exemple, afin de suivre la recette traditionnelle, il faudrait creuser un trou dans le sol pour faire cuire le porc avec des ingrédients tels l’achiote et des feuilles de bananier, aliments difficiles à trouver à Montréal. Mais si on arrive à les dénicher, on les utilise puisque ces ingrédients ajoutent une saveur authentique.

Qu’aimerait-il améliorer dans l’avenir? « Préparer nos propres tortillas, comme en Oaxaca. Ça nous distinguerait vraiment des autres restaurants ici », annonce M. Chan.

Adapter les palais Québécois à une cuisine mexicaine authentique

Certains plats sont parfois un peu complexes, comme les déjeuners mexicains par exemple, qui sont un peu plus épicés et consistants que ceux que l’on retrouve au Québec. Mais M. Chan a fait le pari de les garder tels quels malgré le fait que ces plats pourraient être mal reçus. Et comme il l’escomptait, ils ont été très bien reçus. Surtout les matins de fins de semaine, moment privilégié de plusieurs familles québécoises, pour venir goûter à des plats classiques comme le chilaquiles et les huevos rancheros.

Le secret de son succès.

M. Chan affirme que c’est l’authenticité :  « Les recettes ne précisent pas le nombre de grammes, il n’y a pas de mesures exactes pour les sauces. Nous  cuisinons comme si on était à la maison. Nous gardons donc un œil attentif sur nos employés en cuisine afin que nos recettes soient exécutées parfaitement. »

Il est aussi reconnaissant de l’opportunité qu’il a eue ici. Après avoir fui la violence au Mexique pour vivre une vie plus paisible au Canada, cette chance a bien marqué M. Chan et sa famille. Il souhaite que d’autres immigrants sachent que « les occasions foisonnent ici et il n’ a pas raison de s’inquiéter. Mais il faut foncer. »

Voulez-vous que votre resto soit mis en vedette? Visitez ce lien et dites-nous pourquoi.

Cet article a-t-il été utile?

Cliquez sur une étoile pour l’évaluer.

Voulez-vous devenir partenaire?

Intégrez Skip à votre équipe, dès aujourd’hui.

Faisons équipe

Dites-nous ce que vous en pensez

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.